La 5G, voici ce que ça va changer pour vous

Des zones de test
Il n’existe pas encore de réseau 5G commercial, mais les opérateurs ont déjà procédé à des tests grandeur nature. Pour cela, il faut bien entendu avoir l’aval de l’ARCEP, le régulateur des télécoms. Les autorisations sont données sur des zones limitées, pour une durée entre 12 et 24 mois, et sur des fréquences spécifiques. Ainsi plus d’une vingtaine de villes en France accueillent des antennes provisoires de trois des principaux opérateurs, à savoir Orange, SFR et Bouygues Telecom, mais également de quelques constructeurs, comme Nokia et Ericsson. Le site de l’ARCEP donne la liste de toutes les expérimentations en cours ou terminées, un peu partout en France.

Quels sont les débits annoncés ?
Difficile de savoir avec précision quels seront les débits tant que le réseau n’existe pas, mais les opérateurs annoncent une vitesse de téléchargement multipliée par 10. Le débit théorique maximum est de 20 Gbps, mais en pratique ce sera moins. Par exemple, la 4G promet jusqu’à 300 Mbps, mais en pratique les utilisateurs constatent généralement des débits situés autour de 30 Mbps. Avec la 5G, il devrait être possible d’espérer obtenir au moins 100 Mbps, et souvent beaucoup plus. La 5G promet également de réduire grandement la latence. Le temps de réponse, ou « ping », sera réduit en-dessous d’une milliseconde, une grande amélioration par rapport aux 20 à 40 millisecondes obtenues généralement avec la 4G. De quoi satisfaire même les accros des jeux vidéo si cette promesse est tenue lorsque le nombre d’utilisateurs augmente.

Quelles sont les fréquences utilisées ?
Le réseau 5G s’appuie sur trois bandes de fréquences différentes. La première bande à 1,4 GHz, offre une bonne portée, mais un débit relativement bas. Elle permettra notamment d’assurer une couverture minimale, et servira également à l’internet des objets. Une seconde bande, entre 3,4 et 3,8 GHz, améliore le débit sans beaucoup réduire la couverture et constituera le cœur du réseau à son lancement. Enfin, une troisième bande à 26 GHz, les fréquences millimétriques, vient compléter le réseau 5G pour offrir des débits beaucoup plus élevés. Malheureusement, la portée étant beaucoup plus réduite, les opérateurs devront installer plus d’antennes. De plus, l’Europe a choisi la bande de 26 GHz, tandis que les États-Unis et le Japon ont opté pour 28 GHz, ce qui pourrait poser quelques problèmes de compatibilité au niveau des smartphones.

Les opérateurs devront installer de nouvelles antennes
Le réseau 5G nécessitera de nouveaux équipements, et cela inclut les antennes. Le réseau sera constitué en partie de grandes antennes MIMO, c’est-à-dire constitué de nombreuses petites antennes, qui seront utilisées pour envoyer un signal directionnel, plutôt que le signal omnidirectionnel exploité jusqu’à présent. Le signal sera plus précis et ciblera chaque appareil connecté, pour réduire la consommation et la quantité d’ondes émises. L’autre partie du réseau sera composée de petites antennes locales, dans un maillage beaucoup plus dense qu’actuellement, pour les fréquences millimétriques qui auront du mal à traverser les bâtiments.

Quelle vitesse de déploiement ?
L’ARCEP impose des conditions aux opérateurs qui souhaitent accéder aux fréquences de la 5G. Bien que la pandémie pourrait amener l’autorité à décaler légèrement le calendrier, le cahier des charges permet de se faire une idée de l’évolution du réseau. Les opérateurs devront ouvrir la 5G sur les fréquences 3,4 à 3,8 GHz dans au moins deux villes d’ici fin 2020. Ils devront ensuite déployer leurs équipements sur au moins 3.000 sites en 2022, 8.000 sites en 2024 et 10.500 sites en 2025, ce qui devrait alors couvrir deux tiers de la population.

De nouveaux processeurs 5G pour smartphones
Pour intégrer la norme 5G, un smartphone doit avoir un processeur compatible. Du côté du haut de gamme, on retrouve les meilleurs processeurs Qualcomm Snapdragon 855, 855+ et 865. Ceux-ci ont la particularité de nécessiter une puce séparée pour le modem 5G, ce qui ajoute quelques contraintes pour les constructeurs. Des équivalents compatibles chez Samsung sont les Exynos 980 et 990, avec là aussi un modem séparé. Cependant, Qualcomm a récemment sorti de nouveaux processeurs Snapdragon 765, 765G et 768G avec un modem intégré, destiné aux appareils milieu de gamme. Enfin, MediaTek a créé une gamme de SoC Demensity compatible 5G. Les processeurs haut de gamme sont les Dimensity 1000, 100L et 1000+, mais la firme a également annoncé des processeurs plus économiques, les Dimensity 800 et 820. La 5G devrait donc bientôt devenir beaucoup plus abordable.

Et l’internet des objets ?
Le réseau 5G est annoncé comme révolutionnaire pour l’internet des objets. Cela pouvait sembler possible avec la 4G, mais la 5G apporte des changements majeurs. Grâce aux hautes fréquences, il sera possible de connecter jusqu’à un million d’appareils au kilomètre carré, soit 500 fois la densité de la 4G. De quoi créer un véritable maillage urbain d’objets connectés. Qualcomm a dévoilé son modem 9205 LTE qui utilise la connectivité basse énergie intégrée au réseau 5G et destinée à l’internet des objets. Cette minuscule puce à consommation extrêmement faible pourrait équiper de nombreux objets qui fonctionnent sur batterie et communiquent de faibles quantités de données, et transformer tous les appareils du quotidien en objets connectés.

La fibre a-t-elle un intérêt face à la 5G ?
Le déploiement de la 5G va devenir le prochain grand chantier des opérateurs. En France, les principaux opérateurs mobiles sont également les principaux fournisseurs d’accès à l’internet fixe. Dans ce domaine, ils travaillent déjà à un autre grand chantier : Le déploiement de la fibre optique (FTTH). Les deux proposent des débits largement supérieurs à l’ADSL, alors pourquoi ne pas simplement se passer de la fibre ? La différence vient surtout de la stabilité du réseau. Les opérateurs peuvent garantir un débit pour une connexion FTTH, tandis que pour la 5G, on annonce des débits possibles conséquents, mais cela dépendra du nombre d’utilisateurs et de la qualité de réception. Il sera impossible de garantir un débit minimum. L’intérêt de la fibre risque surtout de dépendre des usages de chacun et des offres des opérateurs.

La 5G peut-elle remplacer les offres « triple play » ?
La 5G pourrait-elle remplacer complètement la connexion internet domestique actuelle ? La question est beaucoup plus complexe qu’une simple comparaison de caractéristiques techniques. La 5G offre clairement plus de débit que les connexions ADSL actuelles. Free propose déjà, avec sa Freebox Delta, une offre fixe avec la 4G, mais uniquement en complément de l’ADSL car les abonnements fixes sont du « triple play », une offre comprenant internet, téléphone et télévision. C’est cette dernière qui risque de poser problème. La télévision sur IP ne passe pas au travers d’un réseau ouvert. Un flux principal est envoyé à chaque nœud de raccordement téléphonique ou fibre (NRA ou NRO), qui se charge de dupliquer le flux pour chaque ligne. Les opérateurs vont donc devoir revoir la copie pour de vraies offres 5G en usage domestique.

Des routeurs 5G pour la maison ou en déplacement
Les routeurs 5G, qui se connectent au réseau mobile et partagent la connexion en créant un réseau Wi-Fi, figurent parmi les premiers appareils compatibles avec le nouveau réseau. Contrairement aux smartphones, où tout est étudié avec précision pour une taille minimale et une autonomie maximale, les routeurs laissent plus de liberté aux constructeurs pour tester cette nouvelle technologie. D-Link, HTC et Huawei ont déjà annoncé leurs premiers dispositifs. Chez D-Link ce sera le DWR-2010 5G NR, un simple routeur avec connectiques Wi-Fi et Ethernet. Le HTC 5G Hub est un hotspot qui dispose d’une batterie pour pouvoir fonctionner partout. Enfin Huawei a sorti deux routeurs, le 5G CPE Pro 2 en routeur domestique ou entreprise, et le 5G Mobile WiFi, une version de poche dotée d’une batterie. Enfin TP-Link propose le Deco 5G, un routeur avec le nouveau Wi-Fi 6.

La 5G est sans danger pour la santé
De nombreuses théories circulent sur le Web sur les dangers du nouveau mobile. Certains s’inquiètent du danger des ondes, notamment les fréquences millimétriques (au-delà de 24 GHz) qui seront déployées dans un second temps. Plus la fréquence est élevée, plus la portée est limitée, ce qui réduit l’effet sur l’organisme. Les antennes 5G restent bien en-dessous du seuil fixé par l’Agence national des fréquences (ANFR). L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) et la Commission européenne ont tous déclaré la technologie sans risque. Et sans lien avec le Covid-19.

Une compatibilité pas toujours au rendez-vous
Tous les smartphones estampillés 5G n’obtiendront pas les mêmes débits. Un mobile qui fonctionne avec la bande 3,4 à 3,8 GHz sera effectivement compatible 5G, même s’il n’utilise pas les fréquences millimétriques qui offriront des débits bien supérieurs. Parmi les mobiles déjà sur le marché, les Samsung Galaxy S20 sont particulièrement notables. Le Galaxy S20 5G est limitée aux fréquences de 3,7 GHz maximum. Les Galaxy S20+ 5G et S20 Ultra 5G prendront en charge cette même bande en dessous de 3,8 GHz, mais également les fréquences millimétriques.

De nombreux modèles 5G cette année
De nombreux smartphones devraient sortir cette année. Certains constructeurs ont déjà annoncé des modèles, comme le Sony Xperia 1 II. Vivo a déjà annoncé plusieurs modèles pour la Chine, comme l’iQOO Neo3 5G ou encore le Nex 3S 5G, qui pourraient arriver prochainement en France à des prix agressifs. Pour d’autres smartphones, il faut se contenter de rumeurs. Ainsi, Apple compterait intégrer la 5G dans le prochain iPhone 12. En ce qui concerne Xiaomi, le constructeur compte lancer une dizaine de smartphones pas chers cette année. Huawei promet également des mobiles 5G à moins de 300 euros. Nokia compte également lancer un smartphone 5G abordable, souhaitant diviser le prix par deux.

Les smartphones 5G déjà sur le marché
Même si le réseau 5G n’existe pas encore en France, de nombreux constructeurs ont déjà sorti des appareils compatibles. Samsung propose le choix entre différents modèles, avec sa gamme Galaxy S20, mais également le Galaxy Note 10+ 5G ou encore le Galaxy S10 5G, un peu plus ancien. Huawei propose la 5G avec son Mate 20 X 5G, mais également son smartphone pliable Mate Xs ou encore les P40 et P40 Pro 5G. Parmi les smartphones un peu moins chers, on peut citer OnePlus 8 et 8 Pro, ou encore Xiaomi Mi Mix 3 5G. La marque Oppo propose de la 5G pour tous ou presque, grâce à son Find X2 Pro haut de gamme, mais aussi le Fix X2 Lite, le moins cher sur le marché à 449 euros.

Découvrez les Batterie Smartphone et Téléphone disponibles sur notre boutique en ligne et profitez de la livraison suivie gratuite et de la garantie 1 an sur tous nos produits.

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.